RSS

Un temps nouveau

15 Août

Me voici de retour, après environ deux ans, dans le petit monde de la blogosphère politique québécoise. Ceux qui me connaissent savent que j’ai déjà sévi sur À mon humble avis, pendant plus d’un an et demi. J’avais cessé de publier à l’époque en partie parce que l’inspiration et le temps me manquaient, mais également parce que mes responsabilités au PLQ, où je me suis impliqué de 2006 à 2011, m’enlevaient une certaine liberté de parole sur certains enjeux. J’étais prêt à ce compromis à l’époque. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Un parti politique est un objet complexe. Il est rare qu’une personne, même si elle n’en parle pas, soit d’accord à 100% avec ce qu’il propose sur tous les enjeux. Par définition, un parti est un compromis entre des gens aux opinions approchantes mais néanmoins distinctes qui se regroupent pour donner du poids à certaines idées largement partagées entre eux, quitte à mettre une croix sur d’autres préoccupations personnelles plus secondaires. J’ai souvent fait sourire ou grincer des dents en disant que j’étais un libéral de centre-gauche. La plupart des gens considéraient qu’étant de cette inclination idéologique, il était impossible que je trouve ma place au PLQ, le plus souvent vu comme étant de « centre-droit opportuniste ».

On a souvent dit du PQ qu’il s’agissait d’une coalition entre des groupes très différents, réunis uniquement par le projet de souveraineté et divisés sur plusieurs autres enjeux. Du fait que la culture de parti péquiste est fortement imprégnée de la possibilité de dissidence, parfois à outrance, cet aspect coalisé est très souvent apparent. Mais j’avancerais que chez les électeurs fédéralistes du Québec, le PLQ joue un rôle similaire de coalition. Devant un bloc souverainiste, les fédéralistes ont également fait bloc. J’ai marché dans cette logique. Je me suis dit, au vu de mes divergences initiales avec le PLQ, que je travaillerais de l’intérieur à le modifier.

Il y a des limites à ce qu’on peut changer de l’intérieur. Depuis le printemps 2010, les divergences entre le PLQ et moi se sont empilées. J’ai perdu confiance en Jean Charest. Je crois depuis le tout début qu’une commission d’enquête sur le monde de la construction est nécessaire. Je trouve le Plan nord mal mené malgré son potentiel. Je ne vois pas où ce gouvernement veut emmener le Québec, maintenant qu’il a un mandat majoritaire. Et le fossé que je sentais parfois latent entre les régions dites « éloignées » et « centrales » s’est fait à quelques reprises plus présent. Le climat de méfiance que j’ai senti s’intaller entre et envers les militants (était-ce ma seule impression ou était-il réel, ça, c’est une autre question) vu les scandales avérés ou réels révélés sur la place publique ne m’a pas incité à m’ouvrir de mon malaise à d’autres, ni à me sentir soutenu. Quant à mon orientation idéologique fondamentalement différente, elle est toujours là. La somme de tous ces facteurs m’a mené à conclure que je n’étais plus libéral.

Que peut faire un fédéraliste qui quitte le PLQ mais souhaite néanmoins s’impliquer politiquement, vu l’offre actuelle au Québec? Il lui reste l’option de l’ADQ et/ou (ce n’est pas encore clair) du groupe de François Legault. Cependant, vu mon inclination de centre-gauche, je suis loin de me trouver des affinités avec ces derniers.

À mon avis, il est temps de mettre fin à ce système de coalitions bipartisan à l’Assemblée nationale. Le bloc souverainiste est déjà en train, peu à peu, d’évoluer et de se fragmenter en partis multiples qui, bien que tous en faveur de l’indépendance, adoptent des orientations socio-économiques distinctes. Pourquoi le bloc fédéraliste ne devrait-il pas suivre cet exemple? C’est une avenue saine pour notre démocratie, trop longtemps prisonnières de l’exclusive question nationale.

Certains craignent que la division des forces du « Non » donne l’opportunité aux souverainistes de promulguer la souveraineté. Cependant, dans un référendum, il n’y a pas de partis. Il n’y a que deux camps. Que l’on s’organise autrement que dans une entité politique unique entre temps ne change rien.

Je revendique le titre d’orphelin politique, parce qu’un véhicule adéquat à ma catégorie d’électeur, fédéraliste de centre-gauche, n’existe pas en politique provinciale. Mais je crois que je ne suis pas seul dans cette situation. Puisse ce blogue contribuer à étayer cette thèse et qui sait, l’emmener plus loin!

Publicités
 
16 Commentaires

Publié par le 15 août 2011 dans PLQ, Politique générale

 

16 réponses à “Un temps nouveau

  1. Sylvain Mercier

    16 août 2011 at 08:56

    Hey! Bonne chance dans ta quête! J’vais essayer de te lire, même si j’comprend pas tout parce que je suis vraiment trop néophyte 😛

     
  2. Frank

    19 août 2011 at 16:09

    Bonne chance Alexis ! Comme quoi ça existe encore quelqu’un qui tient a ses convictions en politique. J’espère tout comme toi à voir un parti inspirant émerger un jour et apporter un vent nouveau au Québec qui en a bien besoin.

     
    • Alexis St-Gelais

      19 août 2011 at 17:06

      Merci beaucoup! La décision n’a pas été facile à prendre, et je m’attendais à tout aujourd’hui sauf à voir cela revenir, et avec autant de force. Espérons que d’autres partagent mon avis.

       
  3. Pierre-Marc Drouin

    19 août 2011 at 16:44

    Mes sincères salutations,

    Je suis un fervent souverainiste, auteur d’un roman qui se veut surtout un pamphlet nationaliste (« Si la tendance se maintient », Québec Amérique, 2010), et malgré nos divergences idéologiques concernant la question nationale, je veux vous témoigner, par la présente, toute mon admiration et mon respect. Ce que vous avez fait est courageux et il s’agit d’une décision très difficile, et vous l’avez fait dans le simple objectif de rester fidèle à vos convictions. Et ça, ça ne se voit pas beaucoup dans le paysage politique québécois, par les temps qui courent. Vraiment, chapeau.

    Je partage votre vision d’un hypothétique échiquier politique où une multitude de petits partis pourraient offrir un plus grand éventail de choix aux électeurs, et où ces mêmes partis n’auraient pas d’autre choix que de travailler ensemble, de gouverner en coalition. J’ajouterais même qu’un système de représentation proportionnel serait bien plus adéquat que le système actuel afin que ce rêve puisse éventuellement prendre racines. Vous, fédéraliste, prônez l’éclatement du Parti libéral du Québec? Eh bien, moi, souverainiste, je prône depuis des années l’éclatement du Parti Québécois! En ce sens, nous nous ressemblons beaucoup.

    Je tends à croire que la génération Y, à laquelle nous appartenons vous et moi, possède une vision complètement différente de ce que devrait être l’appareil politique. Vous imaginez, si l’on nous donnait davantage d’espace, ce que ç’aurait l’air à l’Assemblée nationale? Il me semble que les débats seraient plus harmonieux, plus vrais, que cette persistante acrimonie ferait place à un vent d’optimisme, où les passions seraient véritables, où la collectivité primerait sur la carrière personnelle des politiciens.

    Je garde un oeil sur vous, et j’espère que vous trouverez une voie plus adéquate à vos aspirations.

    Sincèrement,

    Pierre-Marc Drouin

     
    • Alexis St-Gelais

      19 août 2011 at 17:13

      Merci de votre message. Je me dois de préciser que je suis parti sans amertume pour les gens du PLQ, même Jean Charest, contre qui je n’ai rien personnellement. J’ai eu simplement à tirer certains constats objectifs et à conclure à une trop grande divergence entre moi-même et le PLQ pour continuer à y militer. Toutefois, je sais que plusieurs au parti aujourd’hui seront sans doute en colère en entendant mes propos, que je n’ai pas cherché à publiciser mais que je ne refuse pas de partager non plus. J’espère qu’ils comprendront que ma démarche n’a rien de personnel.

      Le mode de scrutin actuel est en effet un obstacle de taille. Davantage de proportionnalité (sans toutefois dire une proportionnalité pure, à moins d’obtenir certaines structures de garantie pour les régions… j’aurai l’occasion de rebloguer à ce sujet) est certainement souhaitable, voire urgent. En attendant, un fonctionnement à travers des gouvernements minoritaires (qui seraient sans doute issus d’une telle multiplication du nombre de partis au Québec) permettrait au moins de refléter une plus grande diversité d’opinions et de rendre incontournable la collaboration entre plusieurs partis sur les questions les plus chaudes.

      La raison pour laquelle je suis fédéraliste (et je pourrai y revenir) est précisément liée à un facteur générationnel: j’ai tout personnellement le sentiment que j’abandonnerais mon devoir de jeune en refusant de tenter, avec ma génération, d’apporter une solution au problème constitutionnel canadien. Cela étant, tout aussi personnellement, en cas d’un autre échec je serais en mesure de tirer les conclusions qui s’imposent.

      Il me fera plaisir de poursuivre ici ma réflexion, en espérant, tout comme vous, que je saurai trouver une place qui me convienne davantage.

       
  4. Hélène Michaud

    19 août 2011 at 17:42

    Je ne suis pas une fédéraliste de centre-gauche, mais j’admire votre courage. Merci de dénoncer ce désastre annoncé qu’est le Plan Nord. Bonne chance pour le futur.

     
  5. Caroline Custeau

    19 août 2011 at 18:37

    Bravo M. St-Gelais pour la grande cohérence dont vous faites preuve!
    Une belle leçon pour certains vieux routiers de la politique québécoise!

     
  6. Yves Lajeunesse

    19 août 2011 at 19:11

    M. St-Gelais, vous dites:

    « La raison pour laquelle je suis fédéraliste (et je pourrai y revenir) est précisément liée à un facteur générationnel: j’ai tout personnellement le sentiment que j’abandonnerais mon devoir de jeune en refusant de tenter, avec ma génération, d’apporter une solution au problème constitutionnel canadien. Cela étant, tout aussi personnellement, en cas d’un autre échec je serais en mesure de tirer les conclusions qui s’imposent. »

    En tout respect et parce que je m’interroge aussi: à partir de quel nombre d’échecs allons-nous tous conclure qu’il n’y a plus rien à faire au plan constitutionnel? Quand nous n’auront plus aucun poids dans cette fédération?

     
    • Alexis St-Gelais

      19 août 2011 at 20:44

      Un seul échec. Tout ce que je demande comme jeune, à toutes ces autres générations qui ont pu participer à leur époque au débat, c’est « laissez-moi essayer d’y apporter ma propre réponse. Si ça échoue encore, je prendrai acte et je mettrai fin à cette union. » Ce que Bourassa aurait pu (et peut-être dû, je n’étais pas à sa place) faire en son temps.

       
  7. mathieu

    19 août 2011 at 20:34

    moi, j’ai toujours cru que tous les partis politiques au qc étaient centre-gauche… mais c’est surement encore moi qui est complètement à côté de la plaque… aussi selon moi, il est impensable que tous les intérêts et demandes de chacun des membres d’un parti soient réalisés… c’est juste irréalisable. il y a trop de monde, trop d’idées et il faut malheureusement faire des choix. ta décision ne montre-t-elle pas simplement encore une fois l’incapacité des jeunes de prendre la peine de faire leurs preuves avant de vouloir tout revendiquer et tout détruire… selon moi, tu aurais dû prendre ton mal en patience. encore, à la limite, tu aurais pu faire la même sortie dans les médias mais en étant toujours au parti libéral. puisque il faut l’avouer la logique et la passion sont palpable dans ton message et c’est ce qui manque cruellement de nos jours en politque.cela n’aurait-il pas été encore plus éclatant que ton départ, qui avons-le dans le contexte actuel n’est pas des plus original. nous aurions alors enfin pu dire, voilà un acteur politique qui pour une fois dit ce qu’il pense malgré la ligne de parti. bref, j’espère juste que le jeune penseur que tu es, un jeune homme qui m’a toujours paru d’une grande lucidité, n’est pas en train d’essayer de profiter du marasme politique actuel pour mettre son cul sur la map. laissons cela aux péquistes. ils en ont beaucoup plus besoin.

     
    • Alexis St-Gelais

      19 août 2011 at 20:54

      Le centre varie selon la société où l’on se trouve. Au États-Unis, je serais catégorisé comme socialiste, voire communiste. En Europe, je serais vu sans doute comme assez libéral, en tout cas, certainement pas de gauche. Le « centre » au Québec est plus à droite qu’en Europe, plus à gauche qu’au Canada et nettement plus à gauche qu’aux États-Unis. Tout dépend alors du point de vue que l’on prend, et je concède que les étiquettes atteignent vite leurs limites. D’où l’idée de relancer un blogue pour exposer des opinions idée par idée.

      J’ai quitté le parti en juin. Mon départ ne cherchait pas à se faire devant les médias. Par contre, je n’ai pas jugé bon de fuir ceux-ci quand ils m’ont trouvé (en l’occurence aujourd’hui). Peut-être aurais-je dû attendre plus de cinq ans avant de passer à autre chose. Peut-être qu’un an et quelques mois de réflexion n’étaient pas suffisants. Peut-être que je me mordrai les doigts de ma décision plus tard. Mais chaque implication que je faisais au PLQ me pesait énormément, et cela empirait avec le temps. J’ai préféré revenir à une certaine sérénité.

      J’ai passé près de quatre ans en paix avec ma conscience à militer au PLQ, sans pourtant perdre esprit critique et sans être d’accord avec 100% de ce qui était proposé. Un parti est en effet fait de compromis. Rechercher un parti nous convenant à 100% est utopique, c’est vrai. Mais avec le PLQ, mon bilan m’indiquait que les désaccords s’accumulaient à un point tel que le compromis n’était plus possible.

      Du reste, je n’ai pas couru après ce qui m’arrive aujourd’hui. Je demeure très humble dans tout ceci, car je sais que ce n’est pas moi qui fait la nouvelle, mais ma décision. Je vais continuer à travailler comme je voulais le faire. Si cela m’amène à m’impliquer plus directement dans la vie politique au Québec, tant mieux. Et sinon… je fais mes études en chimie entre autres pour ne pas dépendre des caprices du monde politique.

       
  8. Ahmed-M. Mahamat

    20 août 2011 at 16:38

    Bravo jeune homme. Je partage totalement votre opinion. Vous etes un esprit libre, franc et indépendant comme on aime au Québec. Beaucoup de politiciens débordent d’idées, d’initiatives et de créativités, mais ils se butent tous à cette drogue qu’est la ligne de parti et aussi à cette sempiternelle peur de déplaire au chef, même si ça va mal.
    C’est connu, l’usure du pouvoir corrompt .Vous n’avez qu’à le demander aux sénégalais, nigériens et burkinabé. Ils en savent quelque chose et la coupe est déjà pleine.
    Cher jeune homme, puisque vous évoquiez dans votre lettre « les allégations de corruption dans la construction », je vous suggérerais rien de moins que de nous organiser une manifestation pacifique à travers la province, comme le fait présentement le militant anti – corruption Hanna Hazare en Inde . Vous seriez surpris du ralliement des gens pour une telle démarche.
    Cher jeune homme, ne lâchez surtout pas de défendre vos idées. Vous etes une bouffée de fraîcheur gorgée de sève nourricière pure et authentique dans un monde politique rempli de cynisme et de dégoût.
    Le Québec vous aime !

     
    • Alexis St-Gelais

      21 août 2011 at 10:59

      Un grand ménage ne serait pas superflu à l’Assemblée nationale, que ce soit pour mettre à jour les formations politiques en présence ou en mettre en place de nouvelles qui présideront nos destinées pour les prochaines années. Un changement de paradigme serait aussi le bienvenu. Un parti ne doit pas être centré sur son chef, mais sur ses membres, dont le chef dépend pour sa réélection. C’est une grande confusion dans les partis actuels, où les militants sont des outils au service des élus de leur parti, alors que ce devrait être une démarche beaucoup plus bilatérale. Les militants sont en partie en faute, car ils ne réalisent pas le pouvoir dont ils disposent à cet effet.

      Je ne me sens pas l’âme d’un manifestant. Je laisse cette forme d’expression politique à d’autres, mieux que moi capables de l’utiliser. Une telle marche pourrait certes avoir son intérêt, mais je doute sincèrement d’être la bonne personne pour l’organiser. Merci néanmoins de la suggestion!

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :