RSS

Pourquoi j’ai ma carte du NPD

13 Sep

En toute honnêteté et transparence, je dois aujourd’hui signaler à mes lecteurs que je suis à nouveau membre d’un parti politique, le NPD, depuis dimanche. Mon intérêt premier demeure la politique québécoise. Je n’ai pas pris ma carte du NPD pour m’impliquer comme je l’ai fait par le passé au PLQ. Je crois donc toujours mériter mon titre d’orphelin politique, car c’est bien à l’Assemblée nationale que je ne me sens plus représenté et où je cherche à changer les choses.

Quelques raisons expliquent mon choix. La première a été exposée à une ou deux reprises dans les médias et reviendra certainement sur le tapis. Elle est mathématique. Alors que 57% des députés actuels du NPD sont du Québec, en faisant un parti majoritairement québécois aujourd’hui (c’est, il faut l’avouer, spectaculaire), on ne compte que 5000 membres québécois sur environ 80 000 au pays, soit à peine plus de 6%! Or, le chef est élu selon un principe simple: chaque membre dispose d’un droit de vote. Or si vous faites partie de ceux qui pensent que le changement à Ottawa peut passer par le NPD, vous devez penser à la consolidation des acquis de ce parti au Québec aux prochaines élections. Il est à cet égard primordial que le prochain chef soit sensible aux questions québécoises. Qui de mieux, donc, que des membres québécois pour s’en assurer? Je souhaite donc qu’un grand nombre de Québécois, militants ou non, sympathisants ou simplement intéressés à prendre part au choix d’un(e) éventuel(le) futur(e) premier(ère) ministre de manière très directe, fassent comme moi et choisissent d’ajouter un peu de poids au membership du Québec cette année. Au moins cette année.

Par ailleurs, je n’ai jamais caché être plus sympathique aux idées du NPD qu’à celles des autres partis fédéraux. Il y a quelques années, le parti était davantage centralisateur, ce qui contrevenait à ma vision de la manière dont le Canada devrait évoluer. Grâce aux efforts de Québécois, avec la déclaration de Sherbrooke par exemple, et à l’ouverture du parti sous Jack Layton, le NPD s’ouvre à une toute autre approche. Il faudra d’ailleurs en définir le contenu, ce à quoi les membres peuvent également participer. Avec une nouvelle équipe, une structure à construire et une ouverture plus grande au Québec, je me reconnais maintenant assez dans le NPD pour cristalliser mon statut de sympathisant dans une carte de membre.

La troisième raison est plus bizarre: c’est la curiosité. De la culture de parti, je ne connais que ce que le PLQ avait à offrir. Il est intéressant de voir comment d’autres formations sont organisées et vivent. Le NPD est, au Québec, une formation très jeune où toutes les structures demeurent à revoir et à investir. Les membres sont peu nombreux et cela crée une toute autre atmosphère qu’au sein d’une machine rodée, voire usée par la taille. Tout cela est rafraichissant à observer.

Puisque la course à la chefferie est le centre de mon intérêt, je suivrai avec attention les débats qui l’entourent. Déjà, M. Brian Topp, que l’on connaît peu au Québec, s’est lancé dans la course. J’ai hâte de voir qui l’affrontera et de mieux connaître les candidats, car j’avoue avoir un penchant spontané pour Thomas Mulcair, dont le parcours politique n’est pas étranger au mien. Dans tous les cas, j’espère que les Québécois saisiront la chance qu’ils ont d’influencer les priorités d’un parti national plus sensible à leurs valeurs et établiront durablement le pont entre les socio-démocrates canadiens et québécois.

Publicités
 
 

3 réponses à “Pourquoi j’ai ma carte du NPD

  1. Julien f

    13 septembre 2011 at 10:02

    Salut Alexis,
    D’après ma brève expérience au npd,l’implication y est très différente du plq. C’est d’ailleurs cet aspect qui personnellement m’a pousse a prendre ma premiere carte de membre a vie. Je pense avoir la même lecture que toi des evenenments actuels, et le npd a ete le seul a avoir une vraie vision de l’implication democratique des citoyens (le seul a droite de QS).

    Les instances du parti sont tres ouvertes et ses membres aussi! Si tu veux participer a la prise par les Quebecois du pouvoir qui leur revient au sein du parti (dont une voix pour nommer le prochain PM), tu rendras une grand service a tous!

    Merci a toi, et continuons le bon travail!

     
  2. Manx

    13 septembre 2011 at 17:01

    Entendu dans une entrevue: « Dans l’électorat traditionnel, Brian Topp raffle 2% des sélections comme futur chef du NPD. Chez le NPD, Brian Topp raffle 2% des sélections aussi. »

    Mon vote ira aussi pour Mulcair (et je me procure mes cartes bientôt). Il comprend bien le parti et même si on doit la dernière victoire électorale du NPD au Québec à Jack Layton, on retire beaucoup de crédit à Mulcair. C’est le seul député NPD Québécois qui était présent avant les élections et il a réussi à prouver que même dans un bastion, les candidats du NPD pouvaient entrer en force. S’ils forment l’opposition officielle actuellement, c’est grâce à Jack, mais Mulcair a du défricher le terrain avant son arrivée.

    Qui plus est, Thomas a l’air d’avoir la sagesse de vouloir s’entourer d’une équipe variée. S’il se fait des appuis en Saskatchewan et au Manitoba, il n’aura pas beaucoup de candidats qui s’opposeront à son élection.

    La seule chose que je trouve un peu désolante, c’est que les membres du NPD ailleurs qu’au Québec sont automatiquement membres du NPD fédéral s’ils sont membres au provincial. Ils ont donc un gros incitatif (et c’est un peu incestueux comme relation entre les partis provinciaux et fédéraux, mais c’est leur choix). Ça nous désavantage beaucoup par rapport aux élections « 1 membre, 1 vote » au Québec et il faudra qu’on s’achète beaucoup de cartes pour avoir une influence sur l’issue du vote. Au moins, les centrales syndicales n’auront plus leur 25% des votes automatiquement.

     
  3. Léonard Langlois

    9 décembre 2011 at 19:06

    Même chose ici, réaction que j’ai eue après l’élection de mai 2011. Je suis obligé de suivre ça à distance vu que je travaille en dehors du pays, ce qui fait que je ne peux pas vraiment m’impliquer autant que je le pourrais si je résidais encore au Canada. Mais je pourrai voter pour la chefferie du parti (mon vote ira vraisemblablement à Thomas Mulcair sans qui la percée au Québec n’aurait pas pu avoir lieu, à moins que je me fasse surprendre par une autre candidature solide).

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :