RSS

Chronique d’un maire indigne

29 Sep

Non, le dossier de la motoneige n’est pas derrière nous! Rappelons brièvement les faits. L’an passé, l’Union des producteurs agricoles a demandé à ses membres de bloquer l’accès à leurs terres aux motoneigistes de la province en guise de moyen de pression lors de négociations. On s’est en même temps rendu compte que les agriculteurs ne recevaient aucune compensation pour cette circulation sur leur lot et que le réseau de sentiers de motoneige était très précaire même en l’absence de moyens de pression, faute d’ententes négociées formalisant les tracés à long terme. Conséquemment, en plusieurs endroits du Québec, on a décidé de commencer à bâtir de telles ententes.

Je vous exposais récemment que le maire de la ville de Saguenay, Jean Tremblay, avait décidé de faire fi de la volonté du reste de la région d’en arriver à une entente couvrant l’ensemble du territoire. Saguenay a plutôt fait cavalier seul en acceptant de verser environ 1000$ par kilomètre de sentier sur les terres agricoles à titre de compensation financière en échange d’un droit de passage pour les motoneiges. Cette volonté ne plaît évidemment pas ailleurs dans la région, où ce précédent peut sérieusement compromettre d’autres rondes de négociations et défavoriser les petites municipalités n’ayant pas autant d’argent que Saguenay. Et j’ajoutais que c’était là un exemple parfait de l’utilité que pourrait avoir une forme de gouvernement régional.

Ce dossier n’est pas clos. Comme souvent lorsque des dissensions apparaissent en Jean Tremblay et le reste de la région, Bernard Généreux, président de la fédération québécoise des municipalités (FQM), préfet sortant de la MRC Domaine-du-Roy et maire du village de St-Prime, au Lac-St-Jean, a fustigé la position de Saguenay contre le consensus régional. Questionné à ce sujet lors d’une entrevue radiophonique, le maire Jean Tremblay a persisté et signé. Grosso modo, il a affirmé que c’était son objectif que de « foutre le bordel » dans les négociations hors-Saguenay. Voici ce que rapportait hier Le Quotidien :

«C’était exactement le but visé, vous n’avez pas vu ça? Le but visé, c’était ça», a lancé le maire à l’animateur qui lui a alors demandé «de foutre le bordel? «. Et le magistrat de répondre «Ben oui! Tout le monde va venir ici. Voyons donc, je travaille pour Saguenay, je ne vous comprends pas! « a ajouté Jean Tremblay.

Jean Tremblay peut être un homme exaspérant. Il est l’archétype du maire incapable de voir plus loin que la frontière de sa municipalité et voyant ses voisins comme des rivaux plutôt que des partenaires. Il a sciemment saboté des efforts concertés régionaux pour servir ses intérêts locaux et, non repus, s’en vante en disant que c’est normal, et qu’il travaille pour son monde. Il s’agit là d’un singulier manque de jugement. En tout cas, on est loin de la stature de l’homme d’État.

Du reste, bien qu’étant sans doute bon gestionnaire, le maire Tremblay a une vision bien réduite de ce qu’est une démocratie municipale en santé. Il honni toute forme d’opposition, classée comme une source de chicane qui ne fait que dilapider du temps. À la manière de Stephen Harper, il interprète son mandat comme ça lui chante, brandissant la carte de sa majorité (71% des suffrages exprimés, dont le mien… faute d’alternative crédible) et de l’absence de conseillers municipaux lui étant défavorable comme une justification universelle de tous ses choix.

C’est sans parler de l’image que renvoie notre maire de Saguenay à l’extérieur de celle-ci, de l’extrême centralisation des décisions de la ville dans son bureau ou de son traitement paternaliste et débilitant des journalistes qui ne lui plaisent pas. Il reviendra aux Saguenéens de trancher.

Ce que je trouve inacceptable, c’est que l’influence de Jean Tremblay dépasse les affaires de ses seuls concitoyens. Que son administration puisse faire capoter des intérêts régionaux en les sacrifiant à l’atteinte d’un objectif local n’est pas sain. Jean Tremblay a agi légalement, mais la moralité de son geste est très douteuse. Cela renforce ma conviction qu’il est primordial de fournir aux régions un espace de gouvernance situé au-delà des intérêts locaux, parfois bien égoïstes…

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :